Shanghai - 上海

Publié le par Julie et Olivier

Mezimages Hébergement gratuit d'imageBien arrivés à Shanghai! Il fait lourd, très lourd! Je promets de ne plus me plaindre au Japon car ici, vraiment, c’est autre chose ! Stéphane et son chauffeur (oui oui Monsieur a son chauffeur, payé par sa boite) nous attendaient à l’aéroport. Environ 45 minutes pour rejoindre son apart au sud de Shanghai. Il nous a bien fallu 30 minutes pour savoir si les voitures roulaient à gauche ou à droite! La technique pour faire comprendre à la voiture de devant de se rabattre : un coup de klaxon, les pleins phares et on fait semblant de lui foncer dedans. Si ça ne fonctionne pas, on double par la droite (même s’il faut passer sur la bande d’arrêt d’urgence). Les piétons ne sont pas prioritaires même sur un passage clouté, du coup que le feu soit vert ou rouge les piétons traversent…
Pour résumer c’est un gros bordel ! Mezimages Hébergement gratuit d'image On a retrouvé YanLi, Maxime et Mélodie ainsi que les parents de YanLi qui attendaient notre arrivée avant d’aller au lit. Nous logeons dans leur deuxième apart (un vrai expat ce Stéphane…je me demande s’il ne bat pas le Walter !) entouré de centaines de buildings exactement identiques, tous gardés à l’entrée. Les avenues autour sont immenses mais peu de voitures circulent dans ces quartiers résidentiels.
Mezimages Hébergement gratuit d'image Aujourd’hui on a découvert Shanghai sous la pluie. Mais quand le soleil est apparu vers 18 heures nous avons vite regretté la pluie !
Ce qui n’aurait jamais pu nous arriver au Japon :
- L’entrée dans le wagon du métro avant que les gens à l’intérieur n’aient eu le temps de descendre.
- Entendre un couple s’engueuler (très fort).
Mezimages Hébergement gratuit d'image- Acheter un parapluie à la sortie du métro et alors que les chinois autour de nous qui en achètent un donnent des pièces, on nous demande un billet de 10 yuans, en même temps ça équivaut à 1 euro alors on ne discute pas trop (de toute façon on ne peut pas discuter). Le petit vendeur nous fait son plus beau sourire. Cent mètres plus loin, Olivier s’aperçoit qu’il pleut sous son parapluie. Deux cent mètres plus loin, on se rend compte que ce parapluie est une véritable œuvre artisanale entièrement démontable !
Mezimages Hébergement gratuit d'image- L’alarme de la banque qui s’enclenche à notre entrée. Les forces de l’ordre qui débarquent ensuite.
- Deux étudiants en art à Pékin parlant un très bon anglais qui nous invitent à visiter leur galerie. Après avoir eu la description de toutes les œuvres, ils nous demandent d’en acheter une. Dès le moment où ils comprennent que l’on n’est pas intéressé, ils nous disent de dégager et se mettent à parler chinois. (On retrouvera les mêmes reproductions deux fois moins chères dans les boutiques duty-free de l
aéroport!)
Mezimages Hébergement gratuit d'image- L’achat dans la rue d’un kilo de pèches délicieuses pour 0.4 euro !
- L’accoste dans la rue. Quand on te dit « Rolex, CD, DVD, sandwich, watch » tu te doutes un peu que la Rolex ressemblera beaucoup au parapluie deux jours après l’achat.
    Mezimages Hébergement gratuit d'image

Publié dans Chine - Shanghai

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

io) 01/08/2007 22:32

Rolex, DVD, ah OKAY OKAY !!

Julie W. 03/08/2007 05:19

Io --> T'as eu la même expérience à Shenzhen?

TÎma 07/07/2007 12:13

Non non, je peux vous garantir qu'il ne bat pas Walter... Je l'ai vu pas plus tard qu'il y a deux jours et avec les anecdotes qu'il m'a racontées (je vous laisse imaginer LOL), je pense qu'il est imbattable :):)

(Walli si tu nous regarde...)

Tôma

Delf 05/07/2007 23:54

Ca m'a tt l'air du parcours du combattant!

D. 04/07/2007 08:27

J'aime beaucoup la peluche jaune sur le canapé !

MP 04/07/2007 02:48

"Deux étudiants en art à Pékin parlant un très bon anglais" excellent! J'ai eu droit à la même expérience à Pékin justement...